Asie du Sud-Est : les damnés de la mer

Quelquefois, un téléphone portable peut sauver des vies. Grâce à un mobile thaïlandais, ils ont pu se faire connaître et raconter leur calvaire. Perdus sur un rafiot au milieu de la mer d’Andaman, environ 350 migrants en grande partie issus de la minorité persécutée des Rohingyas, en Birmanie, luttent depuis plusieurs jours pour ne pas mourir de faim, de soif et de maladie. Chris Lewa, qui dirige l’ONG Arakan Project, a eu l’occasion de leur parler à plusieurs reprises ces derniers jours pour tenter de les localiser. «Au téléphone, j’entends les pleurs des enfants et les cris des adultes qui alertent les bateaux de patrouille et de pêche qui passent sans s’arrêter», témoigne cette humanitaire indignée par une situation «ridicule et dingue. On doit au moins les sauver».

D’après elle, 84 enfants et 50 femmes figurent parmi ces migrants pour la plupart originaires des quartiers rohingyas de Maungdaw et Buthidaung, dans le nord de l’Etat Rakhine, en Birmanie. «Ils sont en mer depuis plus de deux mois. L’équipage les a nourris avant de casser le moteur du navire et de s’échapper avec un petit bateau il y a cinq jours. Depuis, ils n’ont plus de nourriture, plus d’eau et certains sont malades. On a le plus grand mal à les localiser.»

Les migrants sautent à l'eau pour récupérer des sacs de vivres largués par des hélicoptères thaïlandais. Photo Christophe Archambault. AFP

Les migrants sautent à l’eau pour récupérer des sacs de vivres largués par des hélicoptères thaïlandais. Photo Christophe Archambault. AFP

Large. Ces damnés de la mer ne représentent qu’une petite partie des réfugiés en perdition dans une vaste région maritime entre la Birmanie, la Thaïlande, l’Indonésie et la Malaisie. Fuyant trafics, misère et persécutions ethniques, plus de 2 000 ont déjà débarqué à Aceh (Indonésie) et sur l’île de Langkawi (Malaisie). 700 migrants repoussés par la Malaisie ont bien été secourus vendredi par des pêcheurs après le naufrage de leur bateau, au large de la province d’Aceh, dans le nord-ouest de l’Indonésie, mais tous n’ont pas cette chance. Certains ont même rejoint les côtes à la nage pour éviter les agressions et échapper à la faim à bord.

Selon Chris Lewa, qui suit les traces de ces migrants depuis des années, «8 000 autres pourraient se trouver en mer». Le Bureau des migrations internationales (IOM) juge l’estimation «crédible et tout à fait possible». Le chef de l’IOM à Bangkok, Jeffrey Labovitz, précise que «plus de cinq bateaux voguent actuellement sur ces mers, dont un avec 500 personnes au large de Penang [Malaisie, ndlr], un autre plus important, heureusement avec un peu de provisions à bord, et le navire avec ses 400 réfugiés refoulé mardi par les autorités indonésiennes. Il y en a probablement d’autres». Jeudi, c’est la marine malaise qui a chassé vers le large deux bateaux avec environ 600 personnes à bord.

A Rohingya migrant eats food dropped by a Thai army helicopter after he jumped to collect supplies at sea from a boat drifting in Thai waters off the southern island of Koh Lipe in the Andaman sea on May 14, 2015.  A boat crammed with scores of Rohingya migrants -- including many young children -- was found drifting in Thai waters on May 14, with passengers saying several people had died over the last few days.  AFP PHOTO / Christophe ARCHAMBAULT

Photo Christophe Archambault. AFP

Chaque jour qui passe aggrave la situation de ces migrants dont certains souffrent de béribéri (grande carence en vitamine) et «ne sont plus que des squelettes mourants, incapables de marcher. Si les bateaux n’accostent pas vite, nous pourrions faire face à une crise humanitaire inquiétante», ajoute Labovitz. Les organisations humanitaires et les Nations unies ont demandé aux pays de la région de laisser leurs frontières ouvertes pour sauver ces migrants. Sans états d’âme, Jakarta et Kuala Lumpur avaient indiqué mardi qu’ils refouleraient à la mer tout nouveau navire pénétrant leurs eaux territoriales, après leur avoir procuré des vivres et s’être assuré que le bateau ne menace pas de sombrer. Sous pression de l’Union européenne et des Etats-Unis, la Thaïlande a annoncé la tenue d’un sommet régional le 29 mai à Bangkok. Mais la Birmanie, qui refuse la citoyenneté à la minorité rohingya, a menacé de boycotter l’événement. «Il est peu probable que nous participions. Nous n’acceptons pas si [les Thaïlandais] nous invitent uniquement pour alléger la pression à laquelle ils sont confrontés», a dit la présidence birmane. Contrairement à l’UE, qui vient d’adopter un plan pour faire face à un afflux de migrants et de réfugiés en Méditerranée, les nations de l’Asie du Sud-Est peinent à trouver une réponse commune à cette crise sans précédent.

Trafic. Depuis début mai, les Etats de la région sont dépassés par les événements. La découverte d’un charnier avec une trentaine de corps de clandestins birmans et bangladais dans la jungle de la province de Songkhla (sud de la Thaïlande) a sonné le branle-bas dans la police thaïlandaise et a complètement désorganisé la filière de la traite d’humains dans la région. Jusqu’à présent, des milliers de candidats à l’exil transitaient chaque année par des dizaines de camps, sinon des prisons, établis par des trafiquants dans le sud de la Thaïlande. De là, ils gagnaient la Malaisie et toute l’Asie du Sud. En janvier déjà, la junte thaïlandaise avait annoncé des poursuites contre une dizaine de fonctionnaires, dont des officiers de police et de la marine, pour trafic d’êtres humains. Les passeurs ont donc changé leurs itinéraires et gagné les mers. Quand ils ne trouvent pas d’issue, ils abandonnent leurs cargaisons humaines à leur sort.

TOPSHOTS
A Rohingya migrant eats food dropped by a Thai army helicopter after he jumped to collect the supplies at sea from a boat drifting in Thai waters off the southern island of Koh Lipe in the Andaman sea on May 14, 2015.  A boat crammed with scores of Rohingya migrants -- including many young children -- was found drifting in Thai waters on May 14, with passengers saying several people had died over the last few days. AFP PHOTO / Christophe ARCHAMBAULT

Photo Christophe Archambault. AFP

Si on compte des Bangladais quittant leur pays pour un meilleur travail, ce sont surtout les Rohingyas qui sont les premières victimes de cette traite. Ces musulmans apatrides fuient l’Etat Rakhine, dans le sud-ouest de la Birmanie, où la majorité bouddhiste lui dénie toute citoyenneté. Ostracisée, souvent privée des libertés fondamentales depuis des décennies, cette population a vu sa situation se dégrader depuis trois ans. Au moins 280 personnes ont trouvé la mort dans des opérations qui s’apparentent à du nettoyage ethnique et 140 000 autres ont été déplacées dans des camps autour de Sittwe, la capitale du Rakhine. «L’annonce, effective en mai, de la suppression de la carte blanche, une carte d’identité temporaire pour les minorités, a probablement inquiété les Rohingyas qui se sentent encore plus menacés avant les élections de l’automne et la surenchère xénophobe, juge une chercheuse établie en Birmanie. Il y a unanimité dans la société birmane pour les considérer comme des illégaux.» Ce climat préélectoral tendu a vraisemblablement été un argument supplémentaire pour tenter l’exil. Dans un rapport accablant sur l’ampleur de ces migrations régionales, le Haut Commissariat aux réfugiés indiquait que 25 000 personnes avaient pris la mer dans le golfe du Bengale lors des trois premiers mois de cette année. Un chiffre qui a doublé en un an et appelle une réponse des Etats de l’Asean.

 

Par ARNAUD VAULERIN Correspondant à Tokyo
Les Rohingyas, ces migrants dont les pays d’Asie du Sud-Est ne veulent pas

http://www.livefyre.com/v3/tracking/http%3A%2F%2Fwww.liberation.fr%2Fmonde%2F2015%2F05%2F15%2Fasie-du-sud-est-les-damnes-de-la-mer_1310178

17 commentaires
59 suivent la conversation
saccadielietnosssterolginoboRakiafafachenestorarnaud_vaulerinlucecideparsifal
parsifal

parsifal 17 Mai 2015 à 0:25

“… la majorité bouddhiste leur refuse toute citoyenneté .” Réveille toi Bouddha ! N’es tu plus ” l’éveillé” ? Tes enfants te renient , réveille toi !

Quelle force , quelle puissance peut-elle mettre fin à tant d’horreur ? En plus d’être polluées , les mers deviennent des cimetières . On compte les cadavres , des êtres humains , par milliers , souffrent de persécution et de misère . Le XXI ème  siècle commence bien mal !

This comment has been deleted

libertejecristonnom

libertejecristonnom 16 Mai 2015 à 18:18

@lucecide

En effet, quelle horreur ces images ! Mais, contrairement à vous, je félicite de tout coeur Christophe Archambault, dont les photos sont incroyables ! Elles devraient nous bouleverser, nous mobiliser et nous faire comprendre, qu’un jour, nous paierons très cher ce Crime contre l’Humanité.

Nous…Et tous ceux qui ne les commentent pas en hurlant.Treize interventions ! à l’heure où je poste ! Combien sous d’autres articles bien franchouillards? Sarko and co…

lucecide

lucecide 16 Mai 2015 à 19:7

@libertejecristonnom @lucecide

elles le devraient en effet…

mais je ne blâme, ni n’envie, ni félicite ce photographe…

je ne voudrais surtout pas être à sa place !

quand à payer cher…je demande à voir, le monde est cruel depuis que le monde est monde et il n’y a pas de justice, juste parfois un élan de solidarité par ci par là

et de plus en plus rare au demeurant

arnaud_vaulerin

arnaud_vaulerin 16 Mai 2015 à 23:7

@lucecide Ce n’est pas un paparazzi mais un photographe de presse qui fait son métier (et qui, entre parenthèses, a donné de l’eau à ses hommes et femmes) pour que l’on puisse parler de la situation de ces migrants à qui l’on nie le droit de vivre dignement. Je vous engage à lire que le photographe; Christophe Archambault a écrit à ce sujet. http://blogs.afp.com/makingof/?post%2Frohingyas-d-un-cauchemar-a-l-autre

libertejecristonnom

libertejecristonnom 17 Mai 2015 à 1:27

@arnaud_vaulerin @lucecide

Merci infiniment…Si j’éprouve de l’admiration pour ce photographe, c’est parce que je sais que son impuissance à secourir ces “damnés de la mer, le souvenir cauchemardesque que lui laisseront ces visages, ces corps squelettiques, ces morts ne s’effacera pas.

Kevin Carter, souvenez-vous.

nestor

nestor 16 Mai 2015 à 15:6

C’est en Asie, c’est une décision d’une religion non-chrétienne, donc nos moralisateurs ne trouvent que peu de chose à dire. L’ONU non plus

fafache

fafache 16 Mai 2015 à 15:3

Quel est le problème: Les migrants sont abandonnés par leurs passeurs qui craignent la nouvelle politique répressive de la Thaïlande, traditionnelle voie de passage pour les filières clandestines.

Pour la troisième fois cette semaine, les Etats-Unis ont mis la pression sur les gouvernements d’Asie du sud-est, les exhortant à “s’abstenir de repousser les nouvelles arrivées de bateaux”. Le secrétaire d’Etat John Kerry, en route vers la Chine, s’est entretenu avec son homologue thaïlandais, a précisé le porte-parole du département d’Etat.

Jeudi, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a aussi demandé aux pays de la région de “garder leurs frontières et les ports ouverts pour aider les personnes vulnérables”. Et il a rappelé “l’obligation de sauvetage en mer et l’interdiction du refoulement”.

Le Haut-Commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, s’est même dit “consterné” par cette politique qui consiste à repousser les bateaux car elle “conduira forcément à de nombreux décès susceptibles d’être évités”.

Les migrants secourus vendredi avaient été “repoussés par la marine malaisienne jusqu’à la frontière maritime avec l’Indonésie”, a déclaré Sunarya, chef de la police de Langsa, à Aceh, où les rescapés ont débarqué.

La police a décrit des scènes terribles de migrants jetant d’autres migrants par-dessus bord, avant qu’ils ne soient récupérés. “Ils étaient en train de s’entretuer”, a dit Sunarya. “Comme le bateau était surchargé, il fallait se débarrasser d’une partie des gens, qui étaient probablement en train de se défendre”.

marlobrandon

marlobrandon 16 Mai 2015 à 5:35

Les pays musulmans n’en veulent pas, étonnant non ?

saccadi

saccadi 16 Mai 2015 à 14:17

@marlobrandon quel est ce raisonnement ras-du-crâne, où les musulmans n’aideraient que les musulmans, les chrétiens que les chrétiens etc ? Avez-vous vu que nos pays catho aident particulièrement l’Afrique sub-saharienne, très majoritairement chrétienne ? Avez-vous vu qu’on se démène pour accueillir les Syriens chrétiens (il y en a) perdus en Méditerranée ?

Avez-vous surtout vu qu’on ne doive sauver des gens que d’après leur confession ?

Si la Malaisie et l’Indonésie réagissent ainsi, ce n’est pas en tant que pays musulmans, mais en tant que quasi-dictatures, bien imprégnées de l’inhumanité ultra-libéral : chacun pour soi, et dieu pour personne

Mais avec votre vision manichéenne du monde, islam versus chrétienté…

@mosel57

@mosel57 16 Mai 2015 à 4:26

L homme ne mérite pas cette terre quel gâchis c est triste à mourir nous sommes en 2015 pourtant

dixieland

dixieland 16 Mai 2015 à 4:54

@@mosel57

Qu’est-ce que le chiffre d’une date a à voir avec ces situations?

Les musulmans sont dans l’année 1436 de l’Egire, les bouddhistes en l’an 2558, etc…

Voyez-vous des cultures différentes de la chrétienne offrir aide et solutions parce que motivées par les années de leur calendrier?

saccadi

saccadi 16 Mai 2015 à 14:13

@dixieland @@mosel57 et qu’est ce que votre “correctif” apporte au débat, sinon de faire semblant de ne pas comprendre ?

Parce que la culture chrétienne, responsable de nombreux massacres (St Barthélémy en interne), ayant justifié la colonisation, continuant dans toute l’Amérique Latine de s’opposer à l’avortement, et à une moindre natalité en général (elle s’opposait, il y a 20 ans, au gouvernement bolivien qui voulait lancer le planning familial dans ce pays à la natalité alors galopante), cette culture donc serait un exemple ?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: